Elevage

Un fonds de garantie du secteur avicole mis en place en Côte d’Ivoire

Le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani et le DG d’Afriland First Bank, Olivier Dadjeu Kengne heureux de l’accord.

Photo : AIP

Abidjan, 15 fév (AIP)- Le ministère des Ressources animales et halieutiques et Afriland First Bank ont procédé jeudi à Abidjan, à la signature d’une convention de mise en œuvre d’un Fonds de garantie du secteur avicole (FGSA) en Côte d’Ivoire.

Ce fonds servira de prêts aux acteurs de la filière avicole dont le montant plafonné des crédits est de 50 millions FCFA.

Le ministre des Ressources animales et halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani, a précisé que ce fonds est une ligne budgétaire de l’Etat mis en place pour faciliter l’accès des opérateurs aux crédits bancaires susceptibles d’améliorer leur professionnalisation et leur compétitivité de manière durable.

« Tout le processus de mise en place du FGSA a été suivi et complètement maîtrisé. Les documents d’orientation et les manuels de procédures de gestion disponibles ont été éprouvés et consolidés. Avec le partenariat de ce jour, nous passons à la phase de vulgarisation de ce fonds après le financement des douze premiers aviculteurs en 2014 », a-t-il expliqué.

Selon M. Adjoumani, le Gouvernement compte renforcer sa politique de modernisation de l’élevage en Côte d’Ivoire en mobilisant d’importantes ressources financières pour alimenter ce fonds. « Notre engagement se poursuivra pour rendre très professionnel la filière avicole et faire le fleuron des ressources animales en Côte d’Ivoire », a-t-il relevé.

Tout en félicitant la banque pour ce partenariat, le ministre a promis qu’elle ne sera jamais déçue car les techniciens de son département sont mobilisés pour l’encadrement technique des projets financés dans le cadre de ce partenariat.

Le directeur général d’Afriland First Bank, Olivier Dadjeu Kengne, a fait savoir que cette institution financière qui a ouvert ses portes en Côte d’Ivoire en 2014 s’est engagée a soutenir l’essor de la filière avicole, à travers ce partenariat.

« La convention permettra de financer des projets des aviculteurs par la mise en place d’un mécanisme conjoint et efficace de suivi des bénéficiaires et du recouvrement des crédits consentis », a-t-il indiqué.

Le nombre d’aviculteurs est passé de 1500 en 2006 à environ 2200 en 2015 et par l’installation d’une trentaine d’entreprises dans les autres maillons de la filière que sont la provenderie (production d’aliment), l’accouvage et la transformation. Elle produit plus de 170.000 emplois dont 50.000 directs.

(AIP)

bsp/cmas

Commentaires
Haut