Cameroun

Quatre millions de personnes exposées à l’insécurité alimentaire au Cameroun

Un peu plus d’un 1% des ménages sont en insécurité alimentaire sévère

Photo : APA

APA – Douala (Cameroun) – Environ quatre million de personnes souffrent de famine au Cameroun à cause notamment des attaques de la secte terroriste Boko Haram et de l’insécurité à l’origine du flux des réfugiés et des mouvements de populations, a-t-on appris mardi sur la base d’une enquête conjointement réalisée par le gouvernement camerounais et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Selon le journal Intégration qui a pu avoir copie de cette enquête qui sera « publiquement publiée très incessamment », 16% des ménages camerounais sont en insécurité alimentaire, ce qui représente environ 4 millions de personnes.

Parmi cette population, un peu plus d’un 1% des ménages sont en insécurité alimentaire sévère et ont de ce fait besoin d’une assistance alimentaire d’urgence tandis que plus de 23% consacrent 75% de leur budget mensuel à l’alimentation et 3% ont utilisé des stratégies de survie basées sur les moyens de subsistance au cours des six derniers mois précédent la collecte des données.

Cette enquête réalisée tous les cinq ans par le PAM et le gouvernement camerounais pour dresser l’état des lieux de la sécurité alimentaire dans le pays démontre une dégradation de la sécurité alimentaire, les chiffres étant passé de 2,6 à 4 millions de Camerounais en insécurité alimentaire, soit une augmentation de 1,4 million de nouvelles personnes.

« Par rapport à la dernière enquête publiée en 2011, la consommation alimentaire, autre indicateur permettant d’apprécier la sécurité alimentaire, s’est détériorée. L’enquête 2017 révèle une augmentation de 35% du nombre de ménages consommant des régimes alimentaires inadéquats », note l’enquête.

Les campagnes restent les zones les plus touchées avec près d’un cinquième des ménages ruraux soit 22% qui endurent l’insécurité alimentaire contre 10% des ménages de Yaoundé et de Douala et 12,4% de ménages d’autres centres urbains.

La région de l’Extrême-Nord qui fait l’objet notamment des attaques terroristes de Boko Haram est la région la plus touché avec environ 1,4 millions de personnes exposées à l’insécurité alimentaire.

Après cette partie du pays, suivent les régions du Nord-ouest et de l’Ouest ont les taux les plus élevés d’insécurité alimentaire respectivement 18,1% et 18% des ménages devant l’Adamaoua 15,4%, le Nord 15,3%, les autres régions étant moins exposées à la famine, d’après l’enquête.

MBOG/of/APA

Commentaires
Haut