Libye

Esclavage en Libye : Macron souhaite « une action policière » et « des sanctions » contre les réseaux de passeurs

Le président français Emmanuel Macron

Photo : DR

Abidjan, 29 novembre 2017 – 20H02 GMT [ALERTE INFO]- Le président français Emmanuel Macron a souhaité mercredi « une action policière » en Libye et « des sanctions » contre les « réseaux de passeurs » des migrants, dans une interview accordée à la télévision française France 24, en marge du sommet Union africaine/Union européenne (UA/UE) à Abidjan.

« Nous devons procéder à des sanctions individuelles contre ces passeurs. Je souhaite que cette action soit menée dans un cadre UA/UE », a proposé M. Macron.

« Cette initiative vise à lancer des actions concrètes militaires et policières sur le terrain pour remonter ces filières », a-t-il ajouté.

Une réunion est prévue mercredi soir à Abidjan avec des leaders européens et africains et les pays concernés dans le voisinage de la Libye.

« Nous devons nous attaquer aux réseaux de passeurs qui opèrent en Afrique, de la bande sahélo-saharienne jusqu’aux confins de la Libye avec des connexions qui leur permettent de faire traverser la méditerranée avec des femmes et des hommes qui viennent de l’Afrique de l’ouest et qui vont passer des mois voire des années en situation d’esclave », a déploré Emmanuel Macron

Pour lui, « ces passeurs sont liés à de nombreux réseaux terroristes ».

La situation des migrants en Libye est sous le feu des projecteurs depuis la diffusion d’un reportage vidéo de la chaîne américaine CNN.

Dans ce reportage, des migrants africains, notamment originaires du Nigéria, du Niger et du Cameroun, sont vendus aux enchères comme esclaves en Libye.

Le sujet s’est invité à la 5e édition du sommet Union Africaine – Union européenne qui s’est ouverte mercredi à Abidjan sous le thème: « Investir dans la jeunesse pour un avenir durable ».

Le président ivoirien Alassane Ouattara a appelé les chefs d’États et de gouvernements à une « responsabilité collective pour prendre des mesures vigoureuses » en vue « de mettre fin » à cet esclavage en Libye.

Cinq mille participants dont 83 Chefs d’États et de gouvernements représentant 55 pays d’Afrique et 28 d’Europe, ont été annoncés pour cette rencontre qui s’achève jeudi.

EFI/ALERTE INFO

Commentaires
Haut