Bouaké

Des étudiants demandent des infrastructures supplémentaires à l’université de Bouaké

Le président du CEECI et son bureau donnant leur conférence de presse au Campus 2 Bouaké

Photo : AIP

Bouaké, 28 nov (AIP)-Le Comité élèves et étudiants de Côte d’Ivoire (CEECI), par la voie de son président national, Traoré Karamoko, plaide pour la réalisation de nouvelles infrastructures à l’université Alassane Ouattara et dans les autres établissements publics de l’enseignement supérieurs pour l’amélioration des conditions d’étude et de vie des étudiants.

Lors d’une conférence de presse qu’il a animée, lundi, à Bouaké, le président du CEECI a salué les efforts d’investissement déjà consentis par le gouvernement ivoirien en faveur des universités publiques. Puis, il a lancé l’appel en demandant spécifiquement pour l’université Alassane Ouattara, 10 nouveaux amphithéâtres, de nouvelles résidences universitaires, la réhabilitation et l’équipement total des résidences existantes, la construction et l’équipement de salles de TD (travaux dirigés) et la mise en place d’une couverture wifi permanente pour faciliter l’accès à Internet sur les campus.

L’Université Alassane Ouattara compte à ce jour près 20.000 étudiants. Le campus dispose de quatre amphithéâtres. Deux sont dotés d’une capacité d’accueil d’environ 800 places chacune, un autre de près de 1000 places et le dernier capable de recevoir un peu plus de 500 étudiants. Au niveau du campus 2, deux amphithéâtres d’une capacité de près de 800 places chacun, un autre de près de 500 et trois autres plus de 120 places, accueillent les étudiants pour les cours magistraux.

Selon les informations livrées en mars par la directrice du Centre régional des œuvres universitaires (CROU), la capacité d’accueil des résidences universitaires de Bouaké est estimée à 2700 chambres.

Par ailleurs, Traoré Karamoko plaide pour le paiement des bourses en retard au titre de l’année 2016-2017 et demande l’augmentation du portefeuille alloué à la bourse et au secours financier dans les universités publiques de Côte d’Ivoire.

(AIP)

nbf/fmo

Commentaires
Haut