Société

Des acteurs du processus APV-FLEGT renforcent leurs capacités en négociation et communication

Le ministre des Eaux et forêts, Alain Donwahi

Photo : AIP

Abidjan, 28 nov (AIP)-Des acteurs non-étatiques du processus des Accord de partenariat volontaire pour le plan d’actions sur l’Application des réglementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux (APV-FLEGT) sont réunis à Abidjan, pour un renforcement de leurs capacités en matière de négociation, représentation et communication dans le cadre du projet de la gouvernance forestière en Afrique de l’Ouest.

Le négociateur en chef du Groupe national de travail sur la gestion durable des forêts et la certification (GNTCI), le Colonel Claude Soro Doplé, a salué la tenue de cet atelier sur les trois thématiques qui sont au cœur de leurs préoccupations. Il a nourri la foi qu’il permettra non seulement de raviver et actualiser les connaissances des participants et mais aussi, de leur donner de nouveaux outils et ouvrir de nouvelles lucarnes.

« Je vous invite à tirer le meilleur profit de cet atelier pour vous-mêmes et pour l’instance représentée. Je vous souhaite une bonne assimilation des connaissances qui vont vous être dispensées ainsi que des échanges cordiaux, constructifs et fructueux », a-t-il déclaré, à l’ouverture des travaux de trois jours, qui s’achèveront jeudi.

L’atelier organisé par le ministère des Eaux et Forêts avec l’appui des partenaires dont l’Union Européenne (UE) et sous la supervision de Tropenbos International. Il s’inscrit dans la mise en œuvre d’un projet dans trois pays que sont la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Liberia. La formation sera dispensée Patrice Kamkuimo, venu du Cameroun.

Il a pour objectifs de permettre aux représentants des groupes d’acteurs de mieux comprendre leurs rôles et représentativité dans le processus APV-FLEGT et les outils nécessaires pour mieux défendre les droits et intérêts de leurs mandats en Côte d’Ivoire et de maîtriser les techniques et outils de communication, négociation et représentation nécessaires pour induire le changement afin d’améliorer la gouvernance forestière.

Le FLEGT, (de l’acronyme anglais Forest law enforcement, governance and trade) a été adopté en 2003 par le conseil européen mais c’est en 2013, qu’ont débuté les préparatifs pour la mise en œuvre du processus en Côte d’Ivoire.

(AIP)

fmo

Commentaires
Haut