Zimbabwe

Mnangagwa promet ‘’une sécurité totale’’ à Mugabe et à sa famille (presse)

Emmerson Mnangagwa, devenu depuis ce vendredi nouveau président du Zimbabwe

Photo : APA

APA-Harare (Zimbabwe) – Emmerson Mnangagwa, devenu depuis ce vendredi nouveau président du Zimbabwe, a promis à son prédécesseur, Robert Mugabe ainsi qu’à sa famille ‘’une sécurité totale’’, rapporte le quotidien national The Herald, rendant compte d’un entretien qu’on eu, hier jeudi, les deux hommes.

Mnangagwa, 75 ans, a assuré à Robert Mugabe, 93 ans, qu’il bénéficierait lui-même ainsi que sa famille ‘’des conditions de sécurité et de bien-être maximales », a indiqué le journal sans donner plus de précision sur l’avenir de Mugabe qui a démissionné mardi dernier après un règne de 37 ans (7 ans comme Premier ministre (1980-87) et 30 ans en tant que chef d’Etat, 1987-2017).

Pendant l’entretien, souligne le quotidien The Herald, Mugabe a dit à son successeur qu’il « pourrait ne pas assister à la cérémonie » parce qu’il avait ‘’besoin de temps pour se reposer’’.

Cela s’est vérifié vendredi dans la mesure où le président sortant n’a pas été vu à la tribune officielle du stade national de Harare, une enceinte qui peut contenir 60.000 personnes. Des milliers de personnes ont pris d’assaut les travées pour assister à la cérémonie d’investiture rehaussée par la présence de plusieurs personnalités dont Constantino Chiwenga, commandant des Forces de défense du Zimbabwe, Morgan Tsvangirai, leader du Mouvement pour le changement démocratique, Ian Khama, président du Botswana et Joice Mujuru, ancien vice-président.

Constantino Chiwenga, commandant des Forces de défense du Zimbabwe, Morgan Tsvangirai, leader du Mouvement pour le changement démocratique, Ian Khama, président du Botswana et Joice Mujuru, ancien vice-président, étaient également présents.

Mugabe, 93 ans, a été obligé d’abdiquer après que l’armée a pris le contrôle du pays dans la nuit du 14 au 15 novembre, montrant ainsi qu’elle désapprouvait le limogeage de Emmerson Mnangagwa de son poste de vice-président.

Pour d’aucuns, cette mesure prise par Mugabe allait dans le sens de baliser le terrain pour son épouse Grace, soupçonnée de vouloir s’emparer du pouvoir.

CAT/APA

Commentaires
Haut