Non classé

Rassemblement mondial du Mouvement SUN : Dr Adesina plaide pour l’accès à une alimentation nutritive

La ministre de la Santé, Dr Raymonde Goudou-Coffie et Dr Akinwumi Adesina

Photo : AIP

Abidjan, 08 nov – Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Dr Akinwumi Adesina, plaide pour l’accès à une alimentation nutritive, en d’autres termes, des aliments fortifiés en vitamines et micronutriments, en vue de réduire les maladies dues aux carences.

S’exprimant mardi au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, à la cérémonie d’ouverture du Rassemblement mondial du Mouvement Scale Up Nutrition (SUN), le lauréat du Prix mondial pour l’alimentation 2017 a déploré le retard dans le financement des programmes de nutrition, occasionnant des « résultats rabougris ».

« Il faut une nutrition intelligente. (…) Nous devons être intelligents pour lutter contre la malnutrition », a insisté le président de la BAD, l’un des « Champions » du combat pour la sécurité alimentaire en Afrique.

Une meilleure nutrition pour les mères signifie une meilleure nutrition pour les enfants, a-t-il fait observer, déplorant l’émaciation, les retard de croissance, le rabougrissement, l’obésité, entre autres, qui doivent être traités de façon efficace.

« La Banque africaine de développement pense que la croissance économique est bonne mais la santé est plus importante pour la population », a-t-il affirmé, invitant les Gouvernements à voir la nutrition comme un investissement « car si les financements sont onéreux, les bénéfices sont importants ».

Ce qui est important, a poursuivi Akinwumi Adesina, ce sont les infrastructures intellectuelles « qu’on ne peut pas réparer en cas de dommage » alors que les infrastructures économiques (voies ferrées, routes, aéroports…) peuvent être réhabilitées.

C’est pourquoi, à la tribune du Mouvement SUN qui se tient pour la toute première fois dans un pays SUN, en Afrique, le président de la banque panafricaine a lancé un appel à l’action.

Dr Adesina a noté que 54 millions d’enfants africains souffrent de malnutrition, plus de 300 millions d’Africains n’ont pas accès à la nourriture. Ce, alors que le continent dispose d’eau et de millions d’hectares de terre arable. Aussi, a-t-il appelé l’Afrique à augmenter la production, à renforcer la productivité agricole, à diversifier les cultures, à développer des cultures riches en vitamines (fer, micronutriments…), à soutenir les aliments bio fortifiés, etc.

« Il faut travailler à ce que les systèmes alimentaires ne fournissent pas seulement les aliments riches en énergie mais riches en nutriments », a poursuivi le président de la BAD.

« Il n’y a pas de taudis ‘’5 étoiles’’. Un taudis, c’est un taudis ! Il faut améliorer la qualité de vie des populations… », a lancé l’ancien ministre nigérian de l’Agriculture, appelant à changer de paradigme à travers des partenariats efficaces pour changer la nutrition.

Organisé de mardi à jeudi, à Abidjan, le Rassemblement mondial du Mouvement SUN 2017 réunit un millier de leaders mondiaux dont les points focaux des 60 pays SUN, pour débattre de la lutte contre la malnutrition.

cmas/ AIP

Commentaires
Haut