Ferkessédougou

L’assèchement de bas-fonds à Ferké augure d’une saison sèche désastreuse (Cultivateurs)

Des paysans en pleine activité dans leur jardin.

Photo : AIP

Ferkessédougou, 04 nov (AIP) – L’assèchement des bas-fonds en raison de la rareté des dernières pluies augure d’une saison qui sera difficile à gérer, a appris l’AIP auprès des cultivateurs dans les bas-fonds du quartier Bromakoté, à Ferkessédougou (Nord, région du Tchologo).

A l’instar des cultivateurs qui s’adonnent aux cultures maraîchères dans les grands bas-fonds de Bromakoté, Coulibaly Issa a creusé un puits de fortune pour avoir de quoi arroser ses cultures.

« Ce n’est pas la période de creuser des « bounou » (puits en Malinké, ndlr), mais avec le sol des bas-fonds qui se sont subitement asséchés, on n’a pas le choix » dit-il, l’arrosoir déjà rempli d’une eau boueuse qu’il vient de sortir du dernier puits creusé.

Selon des paysans, cela fait un mois et une semaine que la pluie s’est subitement arrêtée à Ferké.

« Nous nous attendions à quelques deux à trois bonnes pluies, mais rien! Les bas-fonds qui généralement doivent ravitailler en riz, maïs, en légumes et autres produits de contre-saison sont en train de s’assécher plus tôt que prévu. On ne peut parler du maïs et du riz. Ce sera la catastrophe, cette année… » s’est inquiété, Issa.

« Tous nos camarades ont creusé des puits pour pouvoir arroser leurs jardins. Ce qui nous stresse le plus, c’est qu’il faut creuser un peu plus en profondeur pour avoir un peu d’eau pour arroser les plantes. Habituellement, en cette période, nos bas-fonds sont humides. C’est très surprenant de voir que c’est un sol aride et résistant qui défie nos houes et dabas », a raconté Traoré Tayirou, un jardinier dont les parcelles sont voisines à celles d’Issa.

Ces cas de sécheresses sont également signalés dans d’autres localités du Nord de la Côte d’Ivoire notamment Kong.

(AIP)

ti/kkf/cmas

Commentaires
Haut