Environnement

Les réformes politiques et l’innovation peuvent débloquer des milliards de dollars en termes de financement climatique (Rapport)

Abidjan, 03 nov (AIP) – Les pays en développement peuvent atteindre les objectifs climatiques annoncés dans l’Accord de Paris et ce, en catalysant des milliards de dollars en investissements privés grâce à l’adoption d’une combinaison de réformes politiques intelligentes et de modèles d’affaires innovants, selon un nouveau rapport de la Société financière internationale (SFI).

Le rapport identifie sept secteurs industriels qui peuvent faire une différence cruciale en catalysant l’investissement privé, à savoir l’énergie renouvelable, le stockage solaire et énergétique hors réseau, l’agro-industrie, les bâtiments écologiques, le transport urbain, l’eau et la gestion des déchets urbains.

Le rapport de la SFI intitulé « Creating Markets for Climate Business » propose plusieurs exemples d’une telle approche. Les conclusions du rapport soulignent des opportunités d’investissement spécifiques, notamment les investissements dans les énergies renouvelables pourraient atteindre 11 milliards de dollars d’ici 2040 – Des réformes, telles que les enchères d’énergie renouvelable, titres fonciers et cadres de politiques de soutien au stockage de l’énergie, sont mises en œuvre afin de rendre ces efforts possibles.

Les investissements dans le stockage solaire et énergétique hors réseau peuvent atteindre 23 milliards de dollars par année d’ici 2025, si les pays utilisent des tarifs différenciés et adoptent des normes techniques et de sécurité claires et des incitations financières ciblées, tout en soutenant l’adoption de nouveaux modèles d’affaires pour l’énergie solaire communautaire, tels que le financement par répartition, ainsi que des solutions de financement innovantes, comme les actifs de titrisation.

Des milliards de dollars d’investissement dans le secteur agroalimentaire peuvent devenir plus « favorables au climat », si les gouvernements garantissent les droits de propriété, une bonne infrastructure de transport et des réglementations et politiques fiscales qui encouragent les investissements favorables au climat, tout en encourageant l’amélioration des pratiques de formation des agriculteurs et en utilisant les outils d’innovation financière afin de pouvoir fournir des fonds de roulement aux agriculteurs.

Les investissements dans les bâtiments écologiques pourraient atteindre 3 400 milliards de dollars d’ici 2025 en tant que principaux marchés émergents, Si les pays adoptent de meilleurs codes et normes de construction et créent des incitations financières ciblées, telles que la certification de construction écologique et l’analyse comparative obligatoire de la consommation d’énergie. D’autres réformes importantes devraient encore encourager l’adoption de nouveaux modèles d’affaires de services publics, tels que les hypothèques vertes et les sociétés de services énergétiques.

Des milliards de dollars en investissements dans le transport urbain durable peuvent être mobilisés au cours de la prochaine décennie, Si les gouvernements émettent des mandats afin de permettre les investissements dans les infrastructures et de pouvoir adopter des plans de transport en commun municipaux qui peuvent stimuler les innovations, tels que les trains légers sur rail.

Les investissements dans l’approvisionnement en eau et l’assainissement pourraient dépasser 13 milliards de dollars d’ici 2030 afin de pouvoir atteindre cela, les gouvernements devraient établir les prix de l’eau à des niveaux prévisibles et durables pour pouvoir augmenter la solvabilité des services publics, tout en concluant des partenariats public-privé et des contrats basés sur le rendement.

Les investissements dans la gestion des déchets urbains favorable au climat pourraient atteindre 2 milliards de dollars, Si les villes s’efforcent d’attirer la participation du secteur privé grâce à des cadres de réglementation et d’application améliorés, tout en utilisant des incitations économiques et des mécanismes de recouvrement des coûts, tels que les tarifs de rachat, et en incitant les consommateurs à adopter un comportement de conduite écologique.

La lutte contre le changement climatique représente une priorité stratégique pour la SFI. Depuis 2005, la SFI a investi 18,3 milliards de dollars de ses propres fonds dans le financement à long terme de projets favorables au climat et mobilisé 11 milliards de dollars supplémentaires auprès d’autres investisseurs. Le dernier rapport fait suite à un autre intitulé « Climate Investment Opportunities », publié par la SFI l’année dernière, selon lequel l’Accord de Paris pourrait créer 23 milliards de dollars d’opportunités d’investissement en faveur de 21 pays émergents.

(AIP)

kkf/cmas

Commentaires
Haut