Société

Le Club Union africaine Côte d’Ivoire recommande l’ouverture de registres de déclaration de naissance dans les maternités

Le président de l’ONG Club UACI, Victor Naclan Touré et la coordonnatrice de projet à l’ONG, Bangoura Oumou.

Photo : AIP

Abidjan, 31 oct – Le Club Union africaine Côte d’Ivoire (Club UA-CI), une ONG œuvrant pour l’intégration des peuples, recommande l’ouverture de centres secondaires dans les maternités en vue faciliter la déclaration à l’état civil.

La coordonnatrice de projet de l’ONG, Bangoura Oumou qui présentait, mardi, à la presse, son plaidoyer pour la facilitation de l’enregistrement des enfants à l’état civil, a également souhaité l’informatisation des registres de l’état civil, la relance des centres d’état civil secondaires et l’ouverture d’audiences foraines sur l’ensemble du territoire national.

L’ONG recommande aussi une campagne de sensibilisation à l’égard des populations afin de développer la culture de déclaration des naissances. Selon l’ONG, la Côte d’Ivoire compte près de 700.000 apatrides dont les enfants constituent la classe la plus touchée. Et quelque 1.165.325 enfants du cycle primaire sont non déclarés, d’après les statistiques du ministère de l’Education nationale.

En 2016, l’ONG a permis la délivrance de 6.000 extraits d’acte de naissance gratuitement, fait-on savoir.

L’ONG Club UA-CI a bénéficié d’une formation dans le cadre du projet VoiceUp initié par l’ONG internationale Internews CI en partenariat avec l’USAID qui lui a permis de vulgariser ses plaidoyers. Il s’agit d’un plaidoyer sur l’adaptation des pratiques coutumières au droit moderne et d’un second plaidoyer pour la facilitation de l’enregistrement des enfants à l’état civil.

kkf/fmo/ AIP

Commentaires
Haut