Société

Incendies de marchés : une organisation de commerçants propose de voir au-delà de la « fatalité »

Le CFC-CI propose de voir au-delà de la fatalité à propos des incendies de marchés

Photo : AIP

Abidjan, 27 oct – Plutôt que de rester plonger dans le désarroi qu’ils engendrent, le Conseil fédéral des commerçants de Côte d’Ivoire (CFC-CI) propose de voir dans les incendies de marchés l’opportunité de leur régénérescence et de faire émerger une corporation mieux structurée, plus forte et plus prospère.

Le président national de ce syndicat, Lamine Ouattara a partagé sa vision lors d’un point qu’il a animé, vendredi, autour du thème : » Incendies des marches : fatalité ou opportunités d’émergence du secteur du commerce en Côte d’Ivoire ».

La forte mobilisation observée au plus haut niveau de l’Etat après le sinistre vécu en septembre par les commerçants du grand marché d’Abobo l’a inspirée et l’a convaincue du fait que « des cendres peuvent émerger un secteur du commerce mieux structuré et plus fort», a-t-il fait savoir.

Un incendie a ravagé le 17 septembre pour la 3ème fois le grand marché d’Abobo. Le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, s’est rendu trois jours après sur les lieux pour apporter le réconfort du gouvernement et la compassion du président de la République aux sinistrés, rappelle-t-on. Il a à cette occasion fait un don de 30 millions F CFA et a pris l’engagement de procéder dans les plus brefs délais, à la reconstruction du marché et à la réinstallation gratuite des Commerçants qui ont tout perdu.

«De mémoire de président d’organisation professionnelle de Commerçants, c’est la première fois qu’il est donné de constater pareille mobilisation au plus haut sommet de l’Etat face au phénomène récurrent des incendies de marché. Plus que jamais, l’engagement du Premier ministre incline à croire que d’un mal peut surgir un bien. Des cendres peuvent émerger une corporation mieux structurée, plus forte et prospère», a signifié M. Ouattara.

Pour lui cependant cette possibilité ne pourra se transformer en réalité qu’à condition que les organisations professionnelles du secteur sachent saisir cette main tendue de l’Etat.

«C’est ce que le CFC-CI qui se veut comme un incubateur de développement du secteur du Commerce en Côte d’Ivoire, s’attèle à mettre en chantier, par la mise en branle de tout son réseau. Afin que dans une synergie d’action entre lui et l’Etat, ce phénomène récurrent des incendies des marchés ouvre la voie à la création d’équipements de Commerce en quantité et en qualité pour le bien-être des commerçants de Côte d’Ivoire », a laissé entendre, le président.

Il s’est toutefois garder de donner des détails sur les propositions de son syndicat dont il dit réserver la primeur au gouvernement à travers le ministère en charge du commerce.

kg/kam/ AIP

Commentaires
Haut