Presse

L’Observatoire de la liberté de la presse, l’éthique et de la déontologie projette de réaliser un rapport sur la liberté de la presse pour zone CEDEAO

Le président du comité de direction de l’OLPED, Zio Moussa

Photo : AIP

Abidjan, 24 oct – Le président du comité de direction de l’Observatoire de la liberté de la presse, l’éthique et de la déontologie (OLPED), Zio Moussa a annoncé mardi au rang de leurs activités 2017-2018, la réalisation d’un rapport sur la liberté de la presse de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

« Pour 2017-2018, nous avons un certain nombre d’activés que nous devons réaliser. Nous allons entreprendre des missions à travers les pays de la CEDEAO dont l’objectif est de rédiger un rapport de la liberté de presse au sein de la CEDEAO. Cela nous tient à cœur. Nous allons organiser le salon du journaliste écrivain en octobre 2018 et un colloque international sur l’avenir de la presse africaine », a annoncé M. Zio à la cérémonie de la rentrée solennelle de l’OLPED à la Maison de la presse.

« Il va y avoir un séminaire de programmation, la rencontre très prochaine avec les politiques, les organisations de la société civile et les journalistes. C’est la première activité que nous devons conduire dès le mois de novembre. Nous allons concevoir des émissions télé et radio, éditer et organiser le prix OLPED de l’éthique et de la déontologie. La reprise du monitoring débute dès lundi », a-t-il ajouté.

Zio Moussa a fait savoir aussi qu’il n’existe plus de comité exécutif à l’OLPED mais un comité de direction composé de neuf membres. « Nous avons cru bon de créer au sein de ce comité, un conseil consultatif où il y a les anciens présidents de l’OLPED. Il y a le collège des conseillers. Nous considérons cet ensemble comme une équipe », a-t-il indiqué.

Pour le représentant du ministre de la Communication, de l’Economie numérique et de la Poste, Jean Claude Bayala le journaliste « ne doit plus être mis à défaut par la pratique de notre métier qui reste l’une des professions les plus encadrées dans notre pays ». « L’OLPED nouveau, nous présente un nouveau contrat de performance à savoir comment réinventer le journalisme par l’éthique et la déontologie. L’OLPED rassure par les réformes proposées. Pour ma part, l’ère du professionnalisme vrai et de la responsabilité a véritablement sonné », a-t-il indiqué.

L’OLPED a remis symboliquement le code de l’éthique et de la déontologie du journalisme à la directrice centrale de l’AIP, Barry Sana Oumou.

ena/kam/ AIP

Commentaires
Haut