Economie

Introduction du processus d’informatisation dans les procédures d’exécution et de gestion des conférences et mission à l’étranger

Directeur de cabinet du secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé du budget et du Portefeuille de l’Etat, Karim Traoré promet l’informatisation des procédures.

Photo : AIP

Abidjan, 20 oct – Le secrétariat d’État auprès du Premier ministre, chargé du budget et du Portefeuille de l’État s’est engagé à l’informatisation des procédures d’exécution et de gestion des conférences et mission à l’étranger.

La précision a été faite par le Directeur de cabinet du secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé du budget et du Portefeuille de l’État, Traoré Karim vendredi, à l’ouverture d’un atelier bilan des conférences et missions 2017.

«Des progrès manuels ont été fait dans l’ensemble des dispositifs administratifs qui accompagnent l’envoi d’un fonctionnaire ou d’un agent de l’État en mission. Aujourd’hui, nous réfléchissons à digitaliser ce processus en faisant en sorte que l’ensemble des acteurs soient regroupés à un système intégré qui permet de le prendre en charge de façon plus rapide », a indiqué M. Traoré qui représentait le secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé du budget et du Portefeuille de l’État à la cérémonie.

En effet, chaque année le Gouvernement engage des ressources importantes pour la participation des fonctionnaires et agents de l’État aux réunions interministérielles ainsi que l’organisation des ateliers et séminaires. Pour l’exécution de ces activités, un dispositif encadré par la commission interministérielle des conférences et missions est mis en place. Le calendrier des conférences et mission qui regroupe l’ensemble des activités à conduire au cours d’une année, en constitue le document de référence.

Dans la mise en œuvre de ce calendrier, différentes étapes de validation sont nécessaires pour permettre l’autorisation effective de la mission (initiation de la communication, validation par différents services concernés, paiement des frais de transport et des indemnités).

Selon Karim Traoré, les progrès qui ont été consolidés au plan manuel dans tout ce processus peuvent être bonifiés à travers l’introduction du système informatique. Ce qui va permettre à chaque intervenant que sont la Direction de la solde, du contrôle financier, au secrétariat général du Gouvernement et à la présidence de gagner du temps.

bsp/kam/ AIP

Commentaires
Haut