Séguéla

Le diagnostic des villages diamantifères du Worodougou présenté aux autorités locales

Une vue des participants à l’atelier du DPDDA 2 à Séguéla

Photo : AIP

Séguéla, 9 oct – Les résultats du diagnostic participatif de 15 villages diamantifères de la région du Worodougou (Centre-ouest) ont été présentés aux autorités techniques et administratives de Séguéla et de Kani, en vue de définir les perspectives de développement de ces villages.

Au cours d’un atelier organisé par le projet « Droits de propriété et développement du diamant artisanal II » (DPDDA II) qui s’est tenu vendredi dans un réceptif hôtelier de la place, a permis au corps préfectoral des départements de Kani et de Séguéla conduit par la secrétaire générale 2 de la préfecture, Mme Traoré, née Moïse-Henri Imelda Marguerite Marie Doussou, au maire de Séguéla, Diomandé Lassina, ainsi qu’aux responsables des différentes structures techniques de s’imprégner du bilan des quatre thèmes du diagnostic, à savoir l’environnement, la filière diamant, les autres filières économiques et les dynamiques écologiques.

Ce diagnostic, mené de février à juin par une équipe pluridisciplinaire, a également été l’occasion de présenter et de valider les prochaines étapes visant à appuyer l’élaboration de plans simplifiés de développement de ces villages miniers du Worodougou qui, précisons-le, produit 90% du diamant en Côte d’Ivoire.

Mis en place en 2013 et financé par l’USAID et l’UE, le projet DPDDA 2 a pour objets d’accroître le volume de diamants bruts qui entrent dans la chaîne légale et d’améliorer les conditions de vie des communautés minières, rappelle-t-on.

Kkp/kp/ AIP

Commentaires
Haut