Daloa

Les producteurs de Daloa exigent le respect du prix fixé

Fève de cacao séché dans l’enceinte de la coopérative Toumtoumda à Daloa, photo prise le 5 octobre 2017

Photo : AIP

Daloa, 6 oct – Les producteurs et les responsables des sociétés coopératives de cacao du Haut-Sassandra ont souhaité jeudi que le prix d’achat bord-champ du kilogramme soit respecté.

« C’est vrai, nous venons de loin. De 1100 F, nous descendons à 700 F, vous devez comprendre l’amertume des paysans que nous sommes. Après ce prix, il faut rechercher des solutions, des voies et moyens afin que le marché puisse remonter positivement », a confié le président du conseil d’administration de la coopérative agricole Fiédiffouè, Kouakou Jacques, à l’AIP.

Pour lui, l’on doit arrêter de défricher les forêts primaires pour contrôler la production mondiale et faire remonter le cours du cacao sur le marché, invitant, pour ce faire, l’Etat à protéger les forêts classées.

Pour le secrétaire général de la société coopérative agricole Gnamien Moh du Haut Sassandra, Konan Stéphane, « ce n’est pas le prix en tant que tel qui nous intéresse, c’est vrai, on nous dit c’est 700F, 1000 F, 1200F, voire 1500F, mais il faut que le prix annoncé soit respecté. Quand c’est respecté, les producteurs ont le minimum qu’il faut. »

Bien qu’ils ne cachent pas leur amertume face au maintien du prix du kilo de cacao à 700 F, les producteurs du Haut-Sassandra souhaitent l’écoulement rapide des stocks pour éviter un engorgement qui pourrait avoir des répercussions néfastes sur le cours.

Depuis le 1er octobre, le prix du cacao a été fixé à 700 FCFA pour la campagne 2017-2018, en Côte d’Ivoire, rappelle-t-on.

Apk/kp/AIP

Commentaires
Haut