Sécurité

Ouverture d’un séminaire sur la lutte contre la criminalité portuaire dans le golfe de Guinée

Un séminaire sur la lutte contre la criminalité portuaire dans le golfe de Guinée, organisé par l’Institut de sécurité maritime interrégionale (ISMI), s’est ouvert lundi à Abidjan

Photo : DR

Un séminaire sur la lutte contre la criminalité portuaire dans le golfe de Guinée, organisé par l’Institut de sécurité maritime interrégionale (ISMI), s’est ouvert lundi à Abidjan, avec la participation de militaires et cadres d’entreprises implantées en Afrique de l’Ouest et du Centre, a constaté un journaliste de ALERTE INFO.

Prévu pour durer quatre jours, du 25 au 28 septembre, le séminaire organisé par l’ISMI, en partenariat avec le port autonome d’Abidjan, la direction générale des affaires maritimes et portuaires et avec le soutien de la coopération française, voit la participation de cadres des administrations, militaires et cadres d’entreprises implantées en Afrique de l’Ouest et du Centre.

L’objectif du séminaire, a expliqué Karim Coulibaly, directeur général de l’Académie régionale des sciences et techniques de la mer (ARSTM), est « d’évaluer les menaces et risques de criminalité portuaire spécifiques au golfe de Guinée pour ensuite dresser l’état des dispositifs de contrôle portuaires existants, du cadre juridique en place, des structures existantes en matière de partage de l’information et de coordination de l’action des services ».

M. Coulibaly a indiqué que tout cela se fera en relation avec les opérateurs du secteur privé intervenant sur la plateforme portuaire.

Le golfe de Guinée dessert 90% du volume des échanges des Etats de la zone et ses eaux représentent une réserve de 100 milliards de barils de pétrole et plus d’un million de tonnes de poissons.

La zone est l’objet de nombreuses convoitises et menaces, qui constituent un obstacle au développement des ports (plus de 90% des échanges extérieurs de la Côte d’Ivoire transitent par ses deux ports).

Au nombre de ces menaces, comme énuméré par Karim Coulibaly, figurent la piraterie, des attaques à main armée à l’encontre des navires, du trafic de drogue transcontinental qui utilise les ports comme points de transit, du terrorisme maritime, de l’immigration clandestine, des fraudes douanières et documentaires sur fond de cybercriminalité.

Le séminaire est financé par la France à travers le fonds régional d’appui à l’action de l’Etat en mer dans le golfe de Guinée.

Ce fonds, selon Olivier Mornet, coordonnateur régional du programme d’appui à l’action de l’Etat en mer dans le golfe de Guinée, « permet l’accomplissement de missions d’expertise à la demande des Etats qui souhaitent un regard extérieur pour consolider leur corpus législatif et organisation et aussi de financer des formations qui tournent autour des problématiques de sécurité maritime dans le golfe de Guinée. »

Les formations de l’ISMI, cadre de renforcement des connaissances et d’échanges d’expérience, sont à la fois juridique, techniques et pratiques.

L’ISMI, inauguré en septembre 2015, se trouve au sein de l’ARSTM à Abidjan.

L’institut aspire « à être un institut international de référence en matière de formation, dynamique et crédible, qui permettra aux Etats du Golfe de Guinée de disposer du savoir-faire technique nécessaire à la promotion d’un espace maritime sûr, sécurisé, propre et durable, au service de leur développement économique et humain », a confié le directeur général de l’ARSTM.

RKO/ ALERTE INFO

Commentaires
Haut