Auréolé du prix national d’excellence pour la meilleure initiative jeune, Aubin Guiako, co-fondateur et président de baby lab, un espace d’innovation situé dans la commune populaire d’Abobo (Abidjan nord) ambitionne de faciliter l’accès aux technologies de l’information et de la communication (TIC) par la création de plusieurs pôles d’innovations.

Installé à l’atelier, situé dans la cour où il a passé toute son enfance,  Aubin, 33ans les yeux rivés sur son ordinateur, navigue sur la toile. Dans cette villa, qui abrite désormais les locaux de Baby lab, des claviers, unités centrales, souris, des composantes électroniques pullulent à l’atelier d’espace électronique.

Le recyclage de déchets informatiques servant à la reconstitution de nouveaux ordinateurs, la fabrication des meubles à partir des vieilles plaquettes électroniques , la consultance pour entreprises, organisations dans le domaine des technologies et l’innovation sociale sont les activités menées dans ce centre en plus du programme dédié aux enfants le (kid lab) qui sont initiés à la robotique.

La passion d’Aubin pour l’informatique d’info remonte au lycée. Orienté en Sciences fondamentales à l’université d’Abobo à Adjamé, après l’obtention de son baccalauréat au lycée d’Abidjan, il abandonne les cours pour s’inscrire dans une grande école « à cause du retard au niveau des années universitaires ».

Ce faisant, il décide de s’inscrire dans une grande école où il décroche son Brevet de technicien supérieur avant effectuer un stage dans une entreprise de géo localisation puis est engagé. Après trois ans d’exercice, celui dont la mission consistait à assurer le suivi de la plateforme de géo localisation d’environ 2.000 Véhicules par le réseau GPS, va se séparer de son ex-employeur « après un malentendu ».

« Le passage du monde professionnel au monde entrepreneurial s’est fait de façon douloureuse » avoue Aubin pensif. Suite aux mésententes avec son ex-employeur qui l’avait accusé de vol de données informatiques, le jeune est gardé en vue il ne devra son salut qu’à la forte mobilisation de la communauté web-ivoirienne.

Après cette mésaventure, il décide de démissionner car « la seule voie » pour s’en sortir plus tard demeurait l’entreprenariat. Loin de se décourager par les épreuves qu’il a traversées, le jeune homme crée avec des amis baby lab, un centre qui a reçu plusieurs distinctions internationales dans l’objectif de faciliter l’accès aux TIC.

« L’idée pour nous est de créer ce lieu ouvert pour tous les enfants et jeunes qui vivent dans cette commune populaire et de leur permettre de trouver des ressources disponibles, penser des solutions aux problèmes auxquels sont confrontées nos communautés », explique ce trentenaire d’un air calme.

Aubin dont le désir est de « promouvoir ces lieux d’innovation (les laboratoires de fabrication  en Afrique) précise qu’ils peuvent « s’inscrire dans les programmes de développement ».

« Ce sont pour nous des écoles de la 2e chance. Pour les personnes qui sont sorties du système scolaire, on peut trouver d’autres formes de formation pour les resocialiser », précise-t-il.

Avec les 10 millions FCFA reçus pour le prix national d’excellence, le natif d’Adzopé (Sud) et ses amis compte développer d’autres projets en plus de celui qui concerne les enfants, car  « il a été accompagné par diverses organisations internationales.

« L’idée est de l’étendre, « acquérir de nouveaux équipements » et recruter du personnel pour le « mener » sur un long terme.

Pour la rentrée scolaire 2017-2018, Aubin Guiako dont le centre a reçu une dizaine de prix internationaux projette de toucher un millier d’enfants en Côte d’Ivoire en instaurant diverses à travers activités.

ABL/ALERTE INFO