Séguéla

Les alliances interethniques s’invitent aux obsèques du chef du village de Séguéla

Un allié à côté du cercueil du défunt chef de village

Photo : AIP

Séguéla, 14 sept  – Les alliances interethniques sont solidement ancrées dans les mœurs des populations du Worodougou, a constaté l’AIP mercredi, lors des obsèques du chef du village de Séguéla (Centre-ouest), Megbema Diomandé.

« La veille, on a eu des négociations avec les Sénoufo et les Peulh. A chaque groupe, on a donné 200 000 francs plus un bœuf », a révélé le président des clubs de soutien au ministre Hamed Bakayoko, Zoumana Bakayoko dit ‘’ZoumBak’’.

Mais, ce geste pour soudoyer leur ardeur afin de ne pas perturber les funérailles du patriarche n’a pas estompé l’impétuosité de certains qui, le jour J, ont reçu encore 200 000 francs, sans omettre les billets de banque distribués çà et là par les personnalités présentes dont le ministre d’Etat, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, l’ex-Secrétaire général par intérim (SGI) du Rassemblement des Républicains (RDR, parti au pouvoir), Amadou Soumahoro et le président du Conseil régional du Worodougou, Bouaké Fofana.

Les Peulh, des cornes de bœufs attachées à des ficelles, paradaient au centre des bâches placées au carrefour Diomandé, lieu du déroulement officiel des obsèques.

Certaines femmes, du lait de vache dans une cuvette, accostaient leurs alliés qui se voyaient dans l’obligation de satisfaire à leurs desiderata.

Des Senoufo, sanglés dans leurs tenues traditionnelles, étaient également à la manœuvre. D’autres s’asseyant à côté de la bière pour, dit-on, ‘’bloquer le corps’’ avant d’être ramenés à de meilleurs sentiments avec des billets craquants.

Au total, les alliés des Worodougouka ont pleinement profité de l’occasion, en attendant le prochain décès dans un camp comme dans l’autre.

kkp/cmas/ AIP

Commentaires
Haut