San-Pédro

Un projet de lotissement crée un différend entre une partie de la population et la chefferie de Baba (San Pedro)

Les portes-paroles des plaignants à g. et à d. le chef du village de Baba et deux notables

Photo : AIP

San Pedro, 12 sept (AIP) – Un différend s’est installé entre la chefferie et une partie des villageois de Baba, sur l’axe de Grand-Béréby, à la suite d’un projet de lotissement en cours pour l’extension du village et qui affecte des parcelles d’une soixantaine de planteurs.

« Ce n’est pas une crise foncière, c’est un lotissement, c’est un projet de développement du village », a déclaré le chef du village de Baba, Blain Kla, ajoutant que le malentendu est survenu dans l’opération d’extension du village situé en bordure de l’axe Ouest, à 5 km de la ville portuaire de San Pedro.

Le village de Baba, explique-t-il, qui occupe une place importante dans le plan d’urbanisme de la ville de San Pedro, va abriter plusieurs infrastructures dont un camp militaire, un nouveau cimetière et une prison civile.

Depuis un an, la chefferie a donc initié une opération de lotissement pour agrandir le village, afin d’accueillir de prochains arrivants.

Selon les plaignants, ce projet qui provoque actuellement la destruction d’un grand nombre de plantations de cacao et d’hévéa, dans un rayon d’au moins un kilomètre autour du village, n’a pas fait l’objet de consensus ni d’autorisation légale.

« Nos relations (avec la chefferie) aujourd’hui ça ne va pas, c’est la méfiance, on ne peut plus leur faire confiance », a confié à l’AIP le porte-parole des plaignants, Ouédraogo Issa. Il a noté que la promesse de compenser les pertes des planteurs par l’attribution de quatre lots par hectare n’a pas été non plus respectée, sinon au mieux ce sont des bas-fonds non constructibles qui ont été proposés.

Le projet du « lotissement du quartier résidentiel », initié en février 2016 et visant à l’extension du village, a fait l’objet d’accord à la fois de la chefferie, des autorités administratives, et des planteurs, avec à la clé des lots de compensation attribués à ces planteurs affectés, rétorque le chef Blain Kla.

Selon l’autorité traditionnelle, la confusion est née entre le projet de lotissement initié, en mai, par le village de Dimoulé qui a sollicité les mêmes géomètres que le village de Baba. Le lotissement de Dimoulé n’a pas fait l’objet d’autorisation préalable, ajoute-t-il.

En attendant de trouver un terrain d’entente devant le sous-préfet central saisi, les outils de travail des géomètres sur le terrain sont bloqués par les plaignants qui demandent un arrêt des travaux de lotissement.

(AIP)

Jmk/kp

Commentaires
Haut