Agriculture

AGRF 2017 : Les performances du secteur agricole ivoirien présentées

Le directeur général de la planification, du développement des statistiques et du contrôle des projets, Dr Nouhoun Coulibaly

Photo : AIP

Abidjan, 08 sept  – Les performances du secteur agricole de la Côte d’Ivoire ont été présentées vendredi à Abidjan au cours d’un panel organisé dans le cadre du 7ème Forum pour la révolution verte en Afrique.

Dans sa communication à l’occasion du panel intitulé « Investir en Côte d’Ivoire et dans la CEDEAO », Dr Nouhoun Coulibaly a fait savoir que le Programme national d’investissement agricole (PNIA), lancé en 2012, à placé l’agriculture au cœur de la croissance économique.

Le directeur général de la planification, du développement des statistiques et du contrôle des projets a souligné les réformes initiées pour canaliser l’accès à la terre, d’améliorer la production et la productivité agricoles, entre autres.

Le collaborateur du ministre Mamadou Sangafowa Coulibaly s’est appesanti sur l’amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire.

C’est pourquoi, il a rassuré le secteur privé que le potentiel est énorme. Ils n’ont qu’à saisir les opportunités qui s’offrent à eux pour développer des affaires dans le secteur agricole, à ajouté Nouhoun Coulibaly.

Il a promis l’accompagnement de l’État à divers niveaux pour les aider à sécuriser leurs investissements et à en tirer profit.

Ces investissements pourraient concerner notamment les domaines de la fabrication d’engrais spécifiques aux régions, de semences, les projets d’infrastructures agricoles  (aménagement de bas-fond et de système d’irrigation), transformation des produits mais de façon intégrée avec les producteurs agricoles.

Dr Coulibaly a donc insisté sur le fait que cette ambition ne se fera pas sans les producteurs qu’il exhorte à être des agripreneurs.

Déjà, une cinquantaine de projets pour un montant de 1000 milliards FCFA sont en vie, a-t-Il relevé. L’État va travailler avec l’Alliance pour une révolution verte en Afrique  (AGRA) pour des financements additionnels en vue de leur mise en oeuvre d’ici deux ans.

Par ailleurs, le gouvernement ivoirien fera en sorte que ces investisseurs puissent bénéficier du marché de la sous-région, promet le ministère de l’Agriculture et du Développement rural. La CEDEAO compte quelque 340 millions d’habitants.

« Le secteur agricole en Côte d’Ivoire aujourd’hui est potentiellement porteur de croissance. Ce potentiel n’est pas encore épuisé. Que cette potentialité soit saisie par le secteur privé », a conclu Dr Nouhoun Coulibaly.

cmas/ AIP

Commentaires
Haut