Afrique

L’interconnexion des opérateurs d’Internet, le cheval de bataille d’Internet Society (Directeur)

M. Dawit Bekele, directeur Afrique de Internet Society

Photo : AIP

Abidjan, 25 août – Internet Society, une organisation internationale à but non lucratif destinée à promouvoir un accès ouvert et un Internet fiable dans le monde entier, mène une sensibilisation accrue en vue de parvenir à l’interconnexion des opérateurs du secteur en Afrique.

Lors d’un entretien vendredi à l’hôtel Azalaï, au lendemain du 8ème Forum africain sur le peering et l’interconnexion (AfPIF) tenu sur les trois précédents jours à Abidjan, le directeur du bureau Afrique d’Internet Society, Dawit Bekele, a souligné que l’échange de trafic entre les fournisseurs d’accès Internet induit indéniablement l’amélioration du service et la réduction des coûts.

« AfPIF montre l’importance de s’interconnecter ainsi que les meilleures pratiques », a-t-il indiqué, notant une avancée fulgurante en la matière dans plusieurs pays africains.

Toutefois, reconnaît Dawit Bekele, l’Afrique de l’Ouest francophone est un peu à la traîne comparativement aux Etats anglophones de la même région et surtout ceux des autres régions du continent.

Tout en estimant que la situation n’est pas figée et que les choses évoluent dans le bon sens, M. Bekele a affirmé qu’il faut de la volonté politique pour changer la donne.

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est une communauté économique régionale qui marche bien, a-t-il fait observer, montrant la nécessité d’utiliser ces organes pour faciliter l’interconnexion physique à travers des câbles.

Pour Dawit Bekele, l’Internet étant important pour le développement de l’Afrique, le continent a beaucoup à perdre s’il n’y a pas un Internet de « qualité mondiale » et de la « première classe ». Ceci ouvrirait la porte, entre autres, à une Education de qualité et à des entreprises du 21e siècle, a-t-il relevé, ajoutant que son organisation est prête à accompagner les Etats pour réduire le gap entre l’Afrique et le reste du monde.

cmas/ AIP

Commentaires
Haut