YAMOUSSOUKRO, 24 août 2017 – 20H33 GMT – Des téléspectateurs de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) se sont plaints du « manque de réactivité » de cette chaîne publique sur les faits d’actualité, a indiqué son médiateur, Ibrahim Koné qui dit avoir enregistré « 350 » saisines en 2015 contre « 135 en 2016 », lors d’un colloque à Yamoussoukro (Centre).

Ces critiques portent entre autres sur « la rétention de l’information, le manque de réactivité de la RTI », a dit M. Koné, déplorant la gestion de l’attaque de Grand-Bassam en 2016, vivement critiquée par les Ivoiriens qui « ont été obligés de s’informer » sur les médias internationaux.

Le médiateur a dénoncé « une administration pesante et un problème professionnel à la RTI », estimant qu’il y a eu une « amélioration », trois ans après sa nomination.

Pour lui, cet engouement en 2016, qui « demeure » encore aujourd’hui, s’explique par le fait que les téléspectateurs ont « soif de s’exprimer ».

Ibrahim Koné a fait ce point au congrès-colloque de l’Observatoire de la liberté de la presse, de l’éthique et de la déontologie (OLPED) ouvert jeudi sous le thème « l’autorégulation, ou comment réinventer le journalisme par l’éthique ».

En décembre 2016, La Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) a autorisé quatre télévisions privées commerciales à émettre, dans le cadre de la libéralisation du secteur audiovisuel dont la RTI est l’unique média depuis plus de 50 ans.

EFI/Alerte Info