Société

Affaire viol d’une fillette : Mariatou Koné dément des propos qui lui sont attribués par un journal (Communiqué)

La ministre de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité, Mariatou Koné

Photo : AIP

Abidjan, 21 août – Dans un communiqué transmis lundi à l’AIP, le service de communication et des relations publiques de la ministre de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité précise que la ministre Mariatou Koné n’a pas tenu des propos qui lui sont attribués par le quotidien Notre voie, selon lesquels elle souhaite que l’auteur du viol d’une fillette de cinq ans décédée soit « castré ».

Dans sa parution de samedi relative à l’affaire du viol d’une fillette de cinq ans par un homme de 40 ans, le quotidien a attribué à la ministre Mariatou Koné  des propos selon lesquels elle aurait déclaré  que  l’auteur « un homme qu’il  faut castrer ».

Ces services soulignent que ses écrits n’engagent que l’auteur de l’article. Ils  relèvent, par ailleurs, que l’intervention de la ministre lors de la levée de corps de la fillette vendredi à la morgue du Centre hospitalier universitaire (CHU) de  de Treichville a plutôt porté sur l’expression de la compassion du Gouvernement à la famille éplorée et la condamnation de cet acte ignoble perpétré sur l’enfant décédée des suites de cette cruauté.

Le Gouvernement, par le truchement du ministère de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité, avait déployé d’importants moyens  pour assurer la prise en charge médicale et psychologique de l’enfant (Gnamé Ruth), précise la note.

tad/akn/cmas/AIP

Commentaires
Haut