Odienné

Le DG de Quipux relève le danger des motos et tricycles sans immatriculation pour les usagers à Odienné

Selon la police, le défaut des titres de propriété sur les motos et tricycles, rend le contrôle difficile à Odiénné

Photo : AIP

Odienné, 17 août (AIP)-Le directeur général de Quipux Afrique, Ibrahim Koné, a déclaré, mercredi, au terme d’une séance de travail au Centre de gestion intégré (CGI) d’Odienné que la présence de 12 000 motos et tricycles en circulation sans immatriculation, donc sans cartes grise, est un danger pour la population et pour l’administration.

«La présence de 12000 motos et tricycles circulant dans le district d’Odienné sans plaques d’immatriculation et sans cartes crise est une insécurité et un danger pour l’administration qui n’a aucune information sur les propriétaires et l’identité de ces engins. Mais aussi un danger pour les propriétaires qui ne disposent d’aucun titre de propriété sur leurs engins », a déclaré déçu, Ibrahim Koné.

L’absence d’un bureau de Côte d’Ivoire logistique et d’un bureau permanent de la Société ivoirienne de contrôles techniques automobiles et industriels (SICTA) sont, selon les agents du CGI, les causes du défaut d’immatriculation des engins à deux roues. Ils souhaitent le recensement des vendeurs de motos, et l’installation d’une représentation de Côte d’Ivoire logistique à Odienné pour résoudre la question.

Le défaut des titres de propriété sur les motos, selon la police, rend le contrôle desdits engins difficile. Seulement 1% des motos est immatriculé et les utilisateurs se contentent de prendre la vignette et l’assurance sans se préoccuper de la carte grise et de la plaque d’immatriculation, rappelle-t-on.

Selon les statistiques de la responsable du CGI d’Odienné, Maimouna Koné, la production du centre est en baisse de 37% faute d’immatriculation des motos et tricycles. Pour le premier semestre, ses services ont délivré 651 permis de conduire contre 1178 en 2016, 152 cartes grises contre 113 à la même période de 2016, 8 cartes de transport contre 90 en 2016 et 16 cartes de transporteurs contre 22 l’an passé, soit une baisse de 37% de notre production », a indiqué.

ss/fmo/AIP

Commentaires
Haut