Bouna

A la découverte des prénoms en pays Lobi (Papier d’éclairage)

Bouna, 14 août –  Chez les Lobi, un peuple du Bounkani (Nord-Est ivoirien), le prénom à attribuer à un enfant venant de naître au sein d’une famille dépend généralement de l’ordre de naissance, selon les dignitaires de cette communauté.

Filles comme garçons, tous ont un prénom qui reflète leur position ou rang parmi les leurs frères et sœurs dans la famille. Et de manière ordinaire, explique-t-on, ces prénoms partent du premier-né au sixième enfant.

Ainsi, chez les garçons Sié est l’aîné. Il est suivi de Sansan, puis vient Ollo, le troisième fils. Du quatrième au sixième garçon, on a respectivement Kpêkpê, Toho et Koko.

Chez les filles, Eri est l’aînée. Elle est suivie dans l’ordre par Hoho, Ini, Cisséré, Mimini et Toto qui est la sixième.

Cependant, certains prénoms ont la particularité d’être attribués à la fois aux filles et aux garçons. D’abord, il s’agit de tout septième enfant de la famille, qu’il soit une fille ou un garçon, on l’appelle Bockar. Ensuite, deuxième exception, le cas de jumeaux ou de jumelles. Dans ce cas de figure, malgré le sexe des enfants, l’un se prénomme toujours Naba et l’autre Djémi, et tout enfant qui naît après ceux-ci est appelé Didjour, précise les anciens.

on/kkf/cmas/AIP

Commentaires
Haut