Surnommée ‘’la petite bombe du sprint’’ par un commentateur, tout juste après sa victoire face aux deux redoutables championnes du monde et olympique que sont Shippers et Thompson, Marie-Josée Ta Lou a dit ne pas avoir de mot pour expliquer ce rêve devenu réalité.

‘’Cette médaille d’argent est un rêve qui devient réalité parce que comme vous le savez à Rio (JO 2016) j’ai raté la médaille de peu. Et là ce n’était pas évident que je sois au niveau de ma forme cette année et là je ne peux que remercier Dieu pour cette grâce qu’il vient de me donner’’, s’est exprimée la toute nouvelle vice-championne du monde du 100 mètres, arborant fièrement autour de son cou le drapeau tricolore de son pays, la Côte d’Ivoire, qui a commémoré ce lundi 7 aout, les 57 ans de son indépendance.

‘’Je n’ai pas de mot, je n’ai juste que des larmes mais cette fois-ci ce sont des larmes de joie’’, a ajouté Ta Lou, se remémorant les tristes épisodes des Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016 où elle avait butté à deux reprises (4è sur 100 et 200m) à quelques millièmes près au pied du podium olympique.

Cette mésaventure du Brésil illustrée par les images de son visage larmoyant qui ont fait le tour du monde, Ta Lou a vite fait de la relativiser en se remettant au travail. Depuis l’ouverture de la saison 2017, elle a participé à 8 meetings sur les 11 étapes de la Diamond League (4 au 100 et 4 autres pour le 200m). En fin juin, elle était à Ostrava en République Tchèque où elle a dominé la finale du 200 m à la 56è édition d’Ostrava Golden Spike.

Aprèès une victoire au 200 m au meeting de Monaco, en fin juillet, elle a regagné Abidjan pour les 8è Jeux de la francophonie où elle a remporté avec l’équipe nationale ivoirienne la médaille d’or du relais 4X100m.

Marie-Josée Ta Lou a véritablement fait son entrée sur la scène internationale lors des championnats d’Afrique 2012, à Porto-Novo au Bénin, où elle a remporté la médaille de bronze sur 200 mètres et sur 4 × 100 m.

Deux ans plus tard, soit en 2014, Ta Lou remporte le bronze sur 100 m en 11’’20, l’argent sur 200 m en 22’’ 87 et sur le relais 4 x 100 m en 43’’99.

En 2015, elle connaît une rapide progression aux Championnats du monde de Pékin mais se fait éliminée en demi-finale du 100 m malgré un nouveau record personnel à 11’’06. Elle est la première non-qualifiée pour la finale du 200 m avec un nouveau record en 22’’56.

Aux Jeux africains de 2015, elle réalise le doublé sur 100 et 200m, en réalisant un nouveau record personnel avec un temps de 11’’02.

Le 22 juin 2016, elle s’impose dans sa demi-finale des Championnats d’Afrique sur 100 m avec un chrono de 11’’20, avant de remporter le lendemain la médaille de bronze en 11’’15, derrière sa compatriote Murielle Ahouré (10’’99) et la Sud-africaine Carina Horn (11’’07).

Durant les Jeux olympiques de Rio en 2016, Marie-Josée Ta Lou échoue au pied du podium derrière la jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce (10’’86) avec qui, elle sera départagée aux millièmes de secondes pour la 3è place. Elle termine de nouveau au pied du podium lors de ces Jeux, sur le 200 m, en 22’’21, établissant un record national sur cette distance.

Le 6 juillet dernier, à Lausanne (Suisse), elle améliore son record national du 200 m en réalisant un chrono de 22’’16. Et pour cette 16è édition des championnats du monde de Londres, elle a remporté sa série sur 100 m, le 5 août (en 11’’00) puis sa demi-finale le lendemain en égalant son meilleur temps de la saison en 10’’87.

En finale, Marie-Josée Ta Lou prend un excellent départ et domine toute la course et même la favorite Elaine Thompson avant d’être dépassée sur la ligne par l’Américaine Tori Bowie. Elle remporte finalement l’argent en 10’’86, record personnel égalé, derrière Bowie (10’’85) et devant Dafne Schippers (10’’96) et sa compatriote Murielle Ahouré (4è avec un temps de 10’’98).

‘’Quand je revois ma course je suis super étonnée’’, a confié la vice-championne du monde, avant de remercier chaleureusement son coach et son compatriote Ben Youssef Meïté ‘’qui m’ont dit : tu sais tu as le potentiel d’aller sur le podium. Ne sois pas stressée fais juste ta course le reste viendra’’.

‘’C’est ce que j’ai fais. Je n’ai pas regardé les filles à côté j’étais focus sur la ligne d’arrivée et je pense que cela a payé’’.

La médaille d’argent que je viens de remporter est ‘’un rêve qui devient réalité et je l’a dédie à la Côte d’Ivoire, à ma maman, à mes frères et sœurs, à mes amis’’, a conclu Ta Lou, donnant rendez-vous à ses fans pour les séries du 200 m féminin qui se dérouleront, ce mardi 08 au prestigieux stade olympique de Londres.

CK/ls/APA