Sécurité

Evasion au tribunal d’Abidjan : Le commandant du palais de justice « relevé de ses fonctions et arrêté » (procureur)

Le commandant du palais de justice et sept autres personnes sous son commandement ont été relevés de leur fonction et arrêtés suite à l’évasion du 08 août 2017.

Photo : Archives

Le commandant du palais de justice d’Abidjan et sept autres personnes sous son commandement « ont été relevés de leur fonction et arrêtés », après l’évasion de « 20 personnes dont  dix détenus » mardi au tribunal d’Abidjan, a indiqué le procureur de la République de Côte d’Ivoire Richard Adou, à la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI, chaîne publique).

« Le commandant du palais de justice et sept autres personnes sous son commandement ont été relevés de leur fonction et arrêtés », a fait savoir M. Adou sur le plateau du journal télévisé de la RTI.

Mardi, des détenus, extraits de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA), qui venaient de recevoir des notifications en cabinets d’instruction, ont agressé des agents de police, en mission de déferrement au palais de justice d’Abidjan, occasionnant ainsi l’évasion de 20 personnes, dont dix  détenus », selon le procureur.

Les détenus ont emporté dans leur fuite le véhicule d’un magistrat qui a été « molesté et blessé », a-t-il ajouté

Cette voiture dans laquelle « des détenus se sont enfuis a été retrouvée » vers la casse d’Abobo, au nord d’Abidjan, puis ramenée « à la police criminelle », a précisé Richard Adou.

Les gardes pénitentiaires qui « ont fait preuve de laxisme ont été également arrêtés », a relevé M. Adou.

« Sept agents d’encadrement des établissements pénitentiaires, commis à la surveillance des détenus, ont été relevés de leurs fonctions, (pour avoir) manqué à leurs obligations », selon la direction de l’administration pénitentiaire, dans un communiqué.

« Des recherches ont été engagées en vue de retrouver les personnes évadées », a dit M. Adou, ajoutant qu’ »une enquête est en cours pour situer les responsabilités »

Cette évasion intervient deux jours après une évasion de cinq détenus de la maison d’arrêt et de correction de Gagnoa (Centre-ouest  ivoirien).

EFI / ALERTE INFO

 

Commentaires
Haut