Afrique

Le 16ème forum de l’AGOA ouvert à Lomé

La Côte d’Ivoire est représentée au 16e Forum de l’AGOA par le ministre du Commerce, Souleymane Diarrassouba

photo: AIP

Abidjan, 09 août – Le 16ème forum de la Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA) s’est ouvert mercredi à Lomé, la capitale togolaise, en présence des représentants des 38 pays sub-sahariens éligibles et d’hommes d’affaires américains.

Portant sur le thème « Les Etats-Unis et l’Afrique : Partenariat pour la Prospérité à travers le Commerce », le forum permet notamment aux ministres du Commerce des pays éligibles de trouver des voies et moyens pour tirer meilleur profit de cette loi américaine.

Le président togolais Faure Gnassingbé, par la voix de son Premier ministre Selom Komi Klassou a invité les participants à des réflexions approfondies, pour une augmentation des exportations africaines, en baisse ces depuis ces dernières années.

« Nous ne sommes pas encore parvenus à réaliser entièrement tout le potentiel dont l’AGOA est porteur, tant en Afrique que pour les Etats-Unis (…) », a-t-il indiqué, exhortant les pays participants à prendre sans tarder des dispositions en vue d’optimiser l’impact de l’AGOA sur le commerce, la création de richesse et, au final, sur le développement participatif.

L’AGOA est une législation lancée en 2000 par le Démocrate Bill Clinton pour permettre aux pays africains d’exporter sans droits de douane sur le marché américain. Quelque 6 000 produits sont concernés par les réductions de taxes à l’importation, tout en étant applicables sous des conditions (droits de l’Homme, bonne gouvernance, protection des travailleurs…). En 2017, 38 pays sont éligibles à l’AGOA.

Dans son discours, le représentant direct au Commerce à Washington, Robert Lighthizer, a assuré que les Etats-Unis sont engagés envers l’Afrique.

Entre 2002 et 2008, les exportations africaines ont augmenté, atteignant 82 milliards de dollars en 2008. Elles ont chuté à 18,7 milliards de dollars en 2015, contre 26,8 milliards de dollars en 2014 (- 30,1%) et ne représentaient que 0,8% des importations totales des Etats-Unis en provenance du monde.

cmas/AIP

Commentaires
Haut