Politique

Les deux journalistes poursuivis pour « divulgation de fausses informations libérés

Dan Opeli, directeur de publication du journal « Le Quotidien d’Abidjan » et Yves Kuyo journaliste, ont été libérés le 01 août 2017

photo : Alerte Info

Les deux journalistes ivoiriens poursuivis pour « divulgation de fausses informations » sur le président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro, ont été libérés mardi, au lendemain d’une garde à vue, mais convoqués pour une audience le 20 octobre, a constaté une journaliste de ALERTE INFO.

Dan Opeli, directeur de publication du journal « Le Quotidien d’Abidjan » (proche de l’opposition) et Yves Kuyo (journaliste), qui ont été conduits mardi matin devant le parquet, avaient été placés en garde à vue lundi dans un camp de gendarmerie d’Abidjan, après avoir été « entendus à la brigade de recherches de la gendarmerie.

Dans son numéro paru vendredi, « Le Quotidien d’Abidjan » a publié des « affirmations » faisant état du « gel des comptes » bancaires de M. Soro « et l’ouverture d’une enquête judiciaire » contre le président de l’Assemblée nationale.

« Le procureur nous a dit que l’information était très sensible et son traitement devait faire l’objet d’un traitement rigoureux » a affirmé M. Opeli, après sa libération.

« Nous avons dit au procureur que nous n’avions pas l’intention de publier une fausse information, et que nous avons été surement induits en erreur », a expliqué le directeur de publication.

« Nous avons un procès le 20 octobre, nous allons nous préparer pour assurer notre défense », a ajouté M. Kuyo.

Le procureur de la République Richard Adou qui a qualifié les faits incriminés de « graves », a indiqué que « C’est un tribunal qui décidera » du sort de ces journalistes, lors d’une conférence de presse quelques heures plus tôt.

EFI/Alerte Info

Commentaires
Haut