Près de 48H après la sortie de “Pikimin“, le devis du clip a été évalué à 64.000 FCFA sur les réseaux sociaux, où les internautes ne se privent pas de se moquer du nouveau single, un brin surréaliste, du Dj ivoirien Debordo Leekunfa alias “Maitré Maitré“, l’un des porte-étendards du coupé-décalé, une musique urbaine.

Sur la page Facebook de l’artiste, les commentaires élogieux se comptent du bout des doigts. Loin de susciter l’engouement, la vidéo “amateur“, a provoqué une vague d’indignation et de moquerie.

Selon un internaute, Guy Alain, la location du cheval blanc, aperçu dans la vidéo, est estimée à 10.000 FCFA, le Kimono à 1.500 FCFA, les chaises en plastiques à 7.500 FCFA, le convoi des filles à 10.000 FCFA, entre autres.

“Au moment où les autres paient champagne pour mettre dans leurs clips, toi c’est l’eau glacée 100 F avec des bières 600 F, jus 50 F. Fallait dire que tu faisais baptême en même temps“, écrit Duracell Le Françaiis.

Sënseï Mäo Tsë-Tüng se dit “déçu. Aucune chorégraphie, faut nous respecter hein“ et se demande si Debordo a tourné son clip avec un téléphone Itel, une marque chinoise, prisée, mais considérée comme du bas de gamme.

Un clip jugé obscène dans un décor rustique

La vidéo de 4m28s semble, pourtant, au début, embarquer dans une histoire digne d’un film asiatique. On découvre l’artiste, tel un maitre shaolin, dans une forêt, vêtu d’un kimono jaune-orangé, coiffé d’un chapeau noir de cow-boy, faire une apparition sur un cheval blanc.

La seconde partie de la vidéo est celle qui alimente surtout la polémique. Un changement brusque de décor : dans un bâtiment désaffecté, au milieu de chaises et tables en plastiques, des danseurs et danseuses callipyges se déhanchent au rythme de la musique.

Un clip jugé obscène dans un décor rustique. Pour Max Hamed, le clip vidéo tourné “dans un décor de cour commune (concession qui regroupent plusieurs logements) “, est “nul à chier“.

“Tu nous fais souffrir, tu es allé louer chaise 250 F. J’ai perdu quelque minutes de ma vie à regarder ça. Que Dieu te pardonne“, commente Khalil Camara.

D’aucun lui reproche aussi d’avoir voulu trop s’inspirer de ses précédents clips vidéos, des chansons à succès comme “Apéritif Yamoukidi“, sortie il y a six mois, et dans laquelle les filles remuent leurs popotins.

“Je suis déçu de toi, ton clip est à revoir. Donc Pikimin veut dire fesses ? Parce qu’apparemment on ne te voit pas dans le clip. On ne voit que des fesses de femmes“, écrit Ange Desirée Boutchue.

C’est que l’attente autour de cette vidéo était grande. Le morceau audio, dévoilé le 30 juin cumule près de 1,2 million de vues sur YouTube, contre 154.000 vues pour la vidéo sortie lundi.

Pour ses fans, la sortie du clip devait être l’occasion pour Debordo de s’offrir le prix du son de l’été, et faire de l’ombre à son principal concurrent Arafat, dont le clip “Kpadoompo“ a été vu plus de 1,8 million de fois en un mois, sur la plateforme de partage de vidéo en ligne.

Patrick Tanguy Séry Digbeu, 33 ans, alias Debordo Leekunfa semble pourtant serein, en dépit des critiques, moqueries et a lancé “l’opération 50 millions de vues“. “Souffrez de mon clip Vivement Pikimin !!!“, a-t-il posté.

“Tu vas faire 50 millions de vues, ça c’est sure, mais dans 500 ans“, conclut Orlandini Lionel.

JAD/Alerte Info