Présenté comme le « Usain Bolt » de la Côte d’Ivoire par les nombreux supporters venus l’acclamer aux huitièmes jeux de la Francophonie à Abidjan, le sprinter ivoirien Arthur Cissé Gué rêve du « haut niveau », après une médaille d’or au relais 4X100 mètres.

Le sourire aux lèvres, Arthur Cissé Gué, 73 kg, se dit fier de savoir que « le public ivoirien est très heureux d’avoir un nouveau champion ».

« Ils se disent que je suis le nouveau Usain Bolt de la Côte d’Ivoire, je ne peux pas dire que je le suis, parce que je n’ai pas encore atteint le haut niveau, je dois bosser encore dur pour atteindre le haut niveau, je pense que dans trois ans j’y serais, par la grâce de Dieu », s’exprime t-il fièrement du haut de ses 1,72m.

A 21 ans, celui qui a participé aux championnats d’Afrique junior à Ouagadougou en 2014, à Marrakech (Maroc 2015) et à Addis Abeba (2016), espérait décrocher la médaille d’or au 100 m aux Jeux de la Francophonie 2017, mais a dû se contenter de la deuxième place.

Il a beaucoup pleuré après l’annonce du résultat à la Photo-finish qui donnait le Seychellois Dylan Sicobo vainqueur de l’épreuve reine de l’athlétisme des jeux de la Francophonie, avec seulement un centième de différence.

« Mon objectif était la médaille d’or au 100M, et là j’ai trébuché, ce n’était pas évident je me suis contenter de la 2e place », lâche-t-il, d’une voix éteinte.

Inconsolable, il s’est « senti très mal » après ce rendez-vous manqué. « Je n’ai pas pu dormir cette nuit car les images étaient toujours dans ma tête », se souvient Arthur Cissé.

Sa carrière a commencé après sa victoire à une compétition dans sa région natale à Man (Ouest ivoirien). Une victoire qui lui a permis d’intégrer fin 2013, le centre d’athlétisme Muriel Ahouré à Yamoussoukro (Centre) où il a fait deux ans, avant de partir au centre international de Dakar en novembre 2015.

Préparation difficile des jeux de la Francophonie

Arthrur Cissé a été sélectionné pour participer aux jeux de la francophonie, mais « les conditions de préparation en France n’ont pas été aussi formidables ».

« La préparation était difficile, nous étions obligés de nous préparer avec nos propres moyens en attendant la subvention de l’État », soutient-il.

Les primes promises pour la préparation ayant été payés tardivement, « chacun  s’est préparé comme il pouvait »

La saison prochaine s’annonce très « mouvementée pour le sprinter ivoirien qui devrait participer au championnat d’Afrique au Nigéria et le championnat du monde en salle.

« Il y aura beaucoup de compétitions et les sponsors vont chercher à me rencontrer », assure-t-il, optimiste.

Arthur Cissé espère surtout décrocher son bac en 2018, ajourné en raison de sa préparation pour les jeux de la Francophonie.

EFI/Alerte info