Economie

Postel 2001 rénové : Le symbole du renouveau de la Côte d’Ivoire

En état de délabrement avancé, après un peu plus de 35 ans de mise en service, le Postel 2001 a repris des couleurs.

À la fin des années 70, alors que le miracle économique ivoirien tirait à sa fin, les autorités du pays d’alors qui n’entendaient pas renoncer à leur ambition de bâtir un pays résiliant et respecté de tous n’ont pas trouvé meilleure expression de cette vision que de bâtir le Postel 2001, un condensé des meilleures technologies de l’époque, dans un immeuble de verre de 28 étages, au cœur du Plateau, le quartier d’affaires de la capitale du pays.

Plus bel édifice abidjanais de son époque, le Postel 2001 était aussi le siège des technologies de l’information et de la communication (la Poste et les Télécommunications). Il abritait la Ci-Telcom, l’entreprise nationale de télécommunications et sa tutelle, le ministère de la Poste et des Télécommunications. Ibrahim Diabaté, conseiller technique de l’actuel ministre de la Communication, de l’Économie numérique et de la Poste, Bruno Koné, qui avait passé une trentaine d’années au Postel 2001, se souvient que l’immeuble tient sa dénomination de Koné Bengali, l’ancien ministre de la Poste et des télécommunications. « À l’époque, tout le monde était tourné vers l’an 2000, considéré comme une année charnière. Et des édifices comme l’immeuble Alpha 2000 témoigne de la pensée de l’époque. Le ministre s’est dit pourquoi ne pas aller au-delà de 2000. Il a alors proposé Postel 2001 comme nom de l’immeuble », raconte Ibrahim Diabaté.

Lorsque la construction de l’immeuble fut achevée et qu’on le mit en service, il devint l’attraction de tout le pays. « L’immeuble était convoité pour deux raisons : il était très beau, et en tant que siège de la Poste et des Télécoms, on y avait facilement accès à des moyens de communication. De nombreuses personnes, en majorité des femmes, y venaient pour téléphoner à leurs proches », se rappelle M. Diabaté.

Lire la suite sur fratmat.info

Commentaires
Haut